Damboya

Le site archéologique de Damboya, identifié en 1975 et prospecté en 2002 par Patrice Lenoble et Vincent Rondot, est situé à 270 km au nord de Khartoum, près de Shendi, à proximité de la concession d’el-Hassa (1.7 km) dont il est une composante. Le Musée du Louvre, qui a intégré cette concession au sein du département des antiquités égyptiennes en 2019, a tout récemment renouvelé son partenariat avec la NCAM par convention. Marc Maillot, actuel directeur de la mission, avait émis le souhait d’ouvrir une fouille archéologique à Damboya, dans le cadre de ses fonctions de directeur de la SFDAS (Section Française de la Direction des Antiquités du Soudan). Une convention de coopération scientifique a donc été signée entre le Musée du Louvre et la SFDAS, de sorte que la fouille de Damboya puisse débuter en 2020 sous l’égide de la SFDAS.

Le site de Damboya présentait de longue date un potentiel informatif très important. Les résultats obtenus suite à la prospection magnétométrique réalisée en 2008 sur la partie centrale du site étaient prometteurs pour une étude approfondie des établissements urbains en bord de Nil au Soudan central, en liaison avec l’un des sites majeurs de la période méroïtique, el-Hassa. Cette prospection, partielle, s’est étendue sur une aire de 2.35 hectares, elle-même divisée en 8 modules carrés de 50 m de côté, un rectangle de 40 m par 50 m et un carré de 40 m de côté. Cette aire de prospection a livré deux bâtiments. Le premier, situé sur la colline la plus importante du site, mesure au moins 80 m par 60 m et semble disposer de plusieurs subdivisions internes de modules importants (de 10 m au minimum à 20 m de côté au maximum). Au sud de cette colline centrale, un petit bâtiment de 18 m par 20 m était nettement visible. Il présentait également des partitions internes de petit module. D’autres anomalies magnétiques sont visibles sur le reste de l’aire couverte mais ne sont pas rectilignes et ont pu être crées par des pistes.

Ces différents résultats ont permis à l’équipe archéologique de la SFDAS de sélectionner les secteurs les plus porteurs pour une étude de long cours sur l’établissement de Damboya, après une ultime prospection sur site de deux jours.

L’équipe archéologique est composée des membres suivants : Marc Maillot, directeur de la SFDAS, responsable du secteur A et directeur de la mission ; Romain David, Chercheur SFDAS, céramologue ; Gabrielle Choimet, doctorante à Sorbonne Universités, responsable des secteurs B,C,D,E ; Coralie Prenat, Volontaire International SFDAS ; Emma Maines, anthropologue, Paris I Panthéon Sorbonne et Musée de l’Homme, responsable de la nécropole médiévale ; Giorgio Nogara, archéologue, Université Lille 3 et membre associé de la SFDAS ; Sébastien Poudroux, topographe ; Wafa Sharif Dawod Hussein, étudiante de l’Université Nileein, céramologue.

Quatre secteurs ont été ouverts, dont trois (B, C, D) ne présentent que des vestiges résiduels et un sol vierge très proche de la surface, à environ 40 cm. Les deux secteurs majeurs, A et E, sont en revanche très riches, et ont été choisis de par leur position encadrant la colline principale du site, elle-même bien trop étendue au regard des moyens et du temps dont dispose la SFDAS pour son plan archéologique quinquennal.



Citer ce billet
sfdas (2021, 29 mars). Damboya. SFDAS Khartoum. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://sfdas.hypotheses.org/1278

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search