Exposition — Méroé, un empire sur le Nil

Après des années de préparation et plusieurs visites sur le terrain, le musée du Louvre a inauguré cette année une grande exposition sur une époque parmi les plus brillantes de l’histoire du Soudan : le royaume de Méroé. En 1997, l’Institut du Monde Arabe avait été le premier à programmer en France une exposition exclusivement consacrée au Soudan (Soudan, royaumes sur le Nil), qui déroulait l’histoire soudanaise du néolithique jusqu’à Méroé. Une douzaine d’années plus tard, cette nouvelle manifestation confirme le regain d’intérêt ou tout simplement la découverte de la richesse culturelle de ce pays.

Statue de roi méroïtique en archer provenant de Tabo © Musée du Louvre/G. Poncet.

Révélées au début du XIXe siècle par l’explorateur français Frédéric Cailliaud, les pyramides de Méroé sont un des joyaux du Soudan mais ne font que suggérer ce qu’a pu être le puissant royaume qui domina largement le nord du pays entre 270 av. J.C. et 350 apr. J.C., et dont on retrouve de nombreux vestiges sur les rives du Nil. Civilisation bien particulière mêlant les influences africaines, égyptiennes et gréco-romaines, le royaume de Méroé demeure mystérieux et n’a notamment toujours pas livré la clé ultime du déchiffrement de ses textes.

La muséographie du Louvre fait la part belle aux œuvres du musée de Khartoum, qui représentent la moitié des objets exposés, ainsi qu’aux objets des collections nationales françaises (bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle et musée Dobrée à Nantes ; musée du Louvre à Paris), britanniques (Liverpool ; The British Museum à Londres), allemandes (Berlin) et hollandaises (Leyde).

Céramique, stèles inscrites, orfèvrerie, art statuaire et ornements sont les témoins de cette époque brillante et de la vie quotidienne des Méroïtes.

Organisée en sections, l’exposition balaie tous les domaines de la vie à Méroé, de l’artisanat à l’administration du pouvoir, de la religion aux coutumes, tout ceci à la lumière des recherches et des découvertes récentes, notamment sur le site de Mouweis, dont la direction des fouilles est assurée par Michel Baud, responsable de la section Nubie-Soudan au département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre.

Située à 50 km au sud de la capitale Méroé, Mouweis est une ville moyenne de 16ha comprenant notamment deux quartiers d’habitation assez denses, une véritable zone industrielle et un centre-ville occupé par des temples, bâtiments civils et palais. Trois saisons de repérages, de mesures, de sondages et de carottages ont permis d’établir un plan global du site, préalable indispensable à la fouille exhaustive, qui a débuté dans un temple, un palais et des fours.
Ce chantier marque depuis 2006 une nouvelle coopération entre la NCAM et le Louvre et conforte ce dernier dans son rôle de musée universel et de centre de recherche vivant, sur le terrain.

Le catalogue de l’exposition, « Méroé, un empire sur le Nil », encourage le visiteur à aller plus loin. Il s’agit d’un ouvrage unique, le premier de cette importance en France, qui fait office de référence concernant l’état des recherches sur la civilisation méroïtique.

Les membres de la SFDAS y ont participé de façon déterminante en signant plusieurs articles, démontrant ainsi la vitalité de la recherche au sein de son équipe, dans tous les domaines de l’archéologie :

  • Marie Evina, ancienne boursière – « Une double tradition céramique »
  • Vincent Francigny, chercheur – « Nécropoles, tombes et au-delà »
  • Coralie Gradel, chercheur – « Méroé, royaume de relais commerciaux ? »
  • Claude Rilly, directeur – « L’écriture et la langue de Méroé »
  • Vincent Rondot, ancien directeur – « Les dieux de Méroé » ; « La maison du dieu : le temple » (avec László Török)

La SFDAS, concernée au premier chef par cet événement, y a apporté sa contribution en prenant notamment en charge le déplacement à Paris de personnalités du ministère de la Culture et du service des Antiquités du Soudan :

  • Prof. Omer Hag El Zaki, membre du bureau directeur de la NCAM
  • Dr Salah El Din Mohammed Ahmed, directeur des fouilles de la NCAM
  • Prof. Youssif Fadel Hassan, président du bureau directeur de la NCAM
  • Mme Galia Gar El Nabi, directrice adjointe de la conservation au musée national du Soudan
  • Mme Iglal Mohammed Ossman El Melik, directrice adjointe de la conservation au musée national du Soudan
  • General El Zaki Ali Bushara, directeur de la New Modern Gallery à Khartoum


Citer ce billet
sfdas (2010, 26 mars). Exposition — Méroé, un empire sur le Nil. SFDAS Khartoum. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://sfdas.hypotheses.org/2061

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search