El-Hassa

Un établissement royal méroïtique du 1er siècle après J.-C. à une journée de caravane de Méroé

Tout autour de Méroé, la capitale, le pouvoir méroïtique regroupait ses bâtiments religieux, royaux, administratifs et économiques au sein de villes comme Hamadab, Mouweis, Ouad Ben Naga, ou encore el-Hassa. Ce site, jadis en bordure du Nil, a été vu par les premiers voyageurs européens : le Suisse Burckhardt en 1814 et deux Français, Linant de Bellefonds puis Cailliaud en 1822. Ces derniers évoquent la statue d’un « sphinx-bélier », indice de la présence en ces lieux d’un temple à Amon.

Depuis 2000, une mission franco-soudanaise a entrepris des recherches archéologiques pour retrouver ce temple et le fouiller. En 2016, après quatorze campagnes de fouilles et de documentation, les vestiges, trop fragiles pour rester exposés, ont été ré-enfouis.

Grâce aux textes des socles des statues de béliers, on connaît le nom du qore (le roi) qui a fait bâtir ce temple : Neb-Maât-Rê Amanakhareqerema (env. 80-90 après J.-C.) ; mais aussi le nom méroïtique d’el-Hassa : Tabakha.

Carte d’ensemble du site d’el-Hassa © Mission el-Hassa / G. Nogara

Un temple au dieu Amon et un palais cérémoniel pour le roi

Le temple d’el-Hassa présente le plan stéréotypé des sanctuaires dédiés au dieu Amon. Très comparable à celui de Naga, il se présente comme un temple pharaonique auquel on accède par une voie processionnelle (dromos) ouverte par un autel à feu monumental, interrompue par un kiosque et flanquée de paires de statues de béliers. Un pylône doté de mâts à oriflammes marque l’entrée du temple, suivie par une succession de salles de plus en plus fermées qui mènent au sanctuaire. Sur le côté gauche, on retrouve une chapelle en partie à ciel ouvert, caractéristique des rituels au dieu Amon.

Au sud, une cour étroite permet de rejoindre un palais rattaché au temple et fonctionnant rituellement avec lui. Son plan carré à un étage avec puits de lumière central est lui aussi classique. Il est probable que, selon une tradition ancienne, s’y déroulaient des rituels royaux, en lien avec le culte au dieu Amon. El-Hassa est un exemple très clair du dispositif associant temple à Amon et palais cérémoniel.

El-Hassa © 2010 Mission el-Hassa / R.-P. Dissaux
El-Hassa © 2010 Mission el-Hassa / B.-N. Chagny
Plan du complexe religieux d’el-Hassa © Mission el-Hassa / G. Nogara

Les objets découverts racontent le temple, son histoire et ses rituels

Outre les études menées sur l’architecture et l’historique de la construction et de la réfection du temple selon trois grandes phases, les fouilles ont permis la mise au jour de plusieurs objets qui apportent des informations complémentaires sur l’histoire du sanctuaire. À commencer par un pectoral en faïence représentant un Amon « lunaire » puisqu’il est couronné d’une lune (pleine et croissant) en même temps qu’il offre une coiffe-lune. La hache néolithique en pierre verte (5000 av. J.-C. env.) a été utilisée à la fin de la vie du temple : elle a été retrouvée en place pour un dernier rituel sur le sol du sanctuaire, non loin de la table à libation de lait en terre cuite, façonnée du hiéroglyphe « vie » (celle qu’accorde le dieu en retour de l’offrande). Le buste de la déesse Isis donnant le sein à son enfant Horus est celui d’une statuette importée d’Égypte ptolémaïque. Le petit buste de bronze ornait peut-être le sommet d’une canne processionnelle ; il pourrait représenter la reine-mère, la fameuse Candace

Pectoral en faïence, SNM HAS208 bis. Khartoum, Sudan National Museum © 2010 Musée du Louvre / G. Poncet
Hache néolithique en pierre verte, SNM HAS206. Khartoum, Sudan National Museum © 2009 Musée du Louvre / Ch. Décamps
El-Hassa : objets en place © Mission el-Hassa / R.-P. Dissaux
Table à libation en terre cuite, SNM HAS210. Khartoum, Sudan National Museum © Mission el-Hassa / R.-P. Dissaux
Buste de la déesse Isis donnant le sein à Horus, SNM HAS150. Khartoum, Sudan National Museum © 2010 Musée du Louvre / Ch. Décamps
Buste de bronze représentant possiblement une candace, SNM 31689. Khartoum, Sudan National Museum © 2009 Musée du Louvre / Ch. Décamps

Les statues du bélier du dieu Amon

Pour les Napatéens et les Méroïtes, le bélier est l’animal dans lequel s’incarne sur terre le dieu Amon. C’est la raison pour laquelle les voies processionnelles des temples au dieu sont flanquées de statues de l’animal, représenté couché et protégeant sous son mufle le souverain. Le dromos d’el-Hassa, étrangement asymétrique, comptait trois paires de petites statues à l’avant du kiosque et quatre paires de grandes statues entre le kiosque et le temple soit, un total de quatorze statues. Une quinzième statue se trouvait dans la chapelle adossée à l’arrière du temple. Cinq ont été retrouvées : elles sont présentées ici à l’aplomb de leur position d’origine et sur des bases qui reprennent les proportions de celles du dromos de Naga. La sixième est la copie du « bélier de Soba », statue retrouvée au 19e siècle dans la capitale du royaume chrétien d’Alodia (580-1500), au sud de Khartoum, et exposée à présent au musée national. Nous savons aujourd’hui que cette statue, transportée à une date et pour une raison encore inconnues sur une distance de 200 km jusqu’à Soba, a pour origine le dromos d’el-Hassa.

El-Hassa : plan du temple aux béliers © Mission el-Hassa

Sur les bases des statues de bélier, les textes sont à chaque fois le même, répétés à l’identique selon un modèle très ancien. Les hiéroglyphes sont parmi les plus beaux et les plus détaillés que nous connaissions. Il s’agit d’un mélange de hiéroglyphes pharaoniques, pour les titres royaux notamment, et de hiéroglyphes méroïtiques, par exemple à l’intérieur du second cartouche. Ce texte nous donne trois informations historiques capitales : 1) le nom du roi constructeur du temple : le qore Neb-Maât-Rê Amanakhareqerema ; 2) le nom d’une forme du dieu Amon qui est peut-être celle du maître du temple : Amon-Aritene et enfin 3) le nom de la ville antique qui est cachée sous les sables : Tabakha (traduction Claude Rilly).

El-Hassa : inscription des socles des béliers du temple © Mission el-Hassa

Ô Amon-Aritene [] ! Ô Amon de Tabakha! Donne la vie au souverain aimé d’Amon, le roi de Haute et Basse-Égypte, le maître des Deux-Terres : Neb-Maât-Rê; le roi de Haute et Basse-Égypte, le maître des Deux-Terres : Amanakhareqerema. Doué de vie éternellement.

Guide archéologique du site d’el-Hassa

Le musée du Louvre et les éditions Khéops ont publié en 2023 un guide archéologique multilingue du site d’el-Hassa : El-Hassa. Un temple sous les sables.

Concession de la Section Française de la Direction des Antiquités du Soudan de 2002 à 2019, sur financement de la Commission des fouilles du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, le site d’el-Hassa/Damboya est désormais concession du musée du Louvre.

Bibliographie

  • Lenoble P., Rondot V. — « À la redécouverte d’el-Hassa. Temple à Amon, palais royal et ville de l’empire méroïtique », Cahiers de recherche de l’Institut de papyrologie et d’égyptologie de Lille 23, 2003, p. 101-115.
  • Rondot V. — « Le qore Amanakhareqerem et son temple à Amon d’el-Hassa », dans V. Rondot, N. Dextreit (éd.), Kerma et Méroé. Cinq conférences d’archéologie soudanaise, Khartoum, 2006, p. 41-47.
  • Letourneux J.-P., Feneuille S. — « Chemical and physical analyses of facing mortars collected from various Meroitic sites », dans W. Godlewski, A. Łajtar (éd.), Between the Cataracts, Proceedings of the 11th International Conference on Meroitic Studies, Polish Archaeology in the Mediterranean supplement series 2.2, Varsovie, 2010, p. 577-582.
  • Rondot V., Török L. — « La maison du dieu : le temple », dans M. Baud (dir.), Méroé, un empire sur le Nil, Paris, 2010, p. 227-233.
  • Rondot V. — « Le matériel cultuel du temple à Amon d’el-Hassa », dans M. Baud (dir.), Méroé, un empire sur le Nil, Paris, 2010, p. 236-239.
  • Bouchar M. — « Petrographic study of Meroitic mortars from an Amun temple (el-Hassa) », dans J. Vàlek, C. Groot, J.J. Hughes (éd.), Proceedings of the second Historic Mortars Conference and Rilem TC 203-Rhm Final Workshop, Bagneux, 2010, p. 55-64.
  • Rondot V. — « De la fonction des statues-cubes comme cale-porte », Revue d’égyptologie 62, 2011, p. 141-157.
  • Evina M., David R. — « Patrice Lenoble à el-Hassa. Étude de la céramique du temple à Amon 2000-2005 », dans V. Rondot, F. Alpi et F. Villeneuve (éd.), La pioche et la plume, Hommages archéologiques à Patrice Lenoble, Paris, 2011, p. 303-315.
  • Letourneux J.-P., Feneuille S. — « Mineralogical and microstructural analysis of mortars from Kushite archaeological sites », dans J. Vàlek, J.J. Hughes and C.J.W.P. Groot (éd.), Historic Mortars, Londres, 2012, p. 37-47.
  • Yellin J.W. — « Al-Hassa », dans M.M. Fisher et al. (éd.), Ancient Nubia. African Kingdoms on the Nile, Le Caire, 2012, p. 253-254.
  • Rondot V. — « El-Hassa : un temple à Amon dans l’île de Méroé au Ier siècle de notre ère », Comptes-rendus de l’Académie des inscriptions et belles lettres 2012-I, 2013, p. 167-182.
  • Feneuille S., Letourneux J.-P., Bouchar M. — « Archaeological information extracted from a comparative study of samples of mortar collected on various ancient monuments in the Nile Valley between the Third and the Sixth Cataracts », dans J. Anderson, D. Welsby (éd.), The Fourth Cataract and Beyond, Proceedings of the 12th International Conference for Nubian Studies, British Museum Publications on Egypt and Sudan 1, 2014, London, p. 827-832.
  • Feneuille S., Letourneux J.-P., Bouchar M. — Protocoles d’étude des mortiers anciens à l’usage des archéologues, Autun, 2016, p. 53-58.
  • Rilly C. — « De l’ombre à la lumière : le roi Amanakharéqérem », dans Histoire et civilisations du Soudan de la Préhistoire à nos jours, Études d’égyptologie 15, 2017, p. 286-291.
  • Rondot V., Claustre D. — « Nos premières sources sur le bélier de Soba REM 0001 : le Bourguignon Pierre Trémaux, Johannes Dümichen et le Vénitien Giovanni Miani », dans M. Honegger (éd.), Nubian Archaeology in the XXIst Century. Proceedings of the Thirteenth International Conference for Nubian Studies, Neuchatel, 1st-6th September 2014, Orientalia Lovaniensa analecta 273, Leuven, 2018, p. 457-472.
  • Kuckertz J. — « Amanakhareqerema— a Meroitic King of the 1st Century AD », Der Antike Sudan. Mitteilungen der Sudanarchäologischen Gesellschaft zu Berlin e.v. 29, 2018, p. 119-144.
  • Rondot V., Nogara G. — « El-Hassa 2018 : en 100 apr. J.-C., un nouveau temple à Amon dans l’île de Méroé. Les acquis et les questions », Bulletin de la société française d’égyptologie, 201, 2019, p. 79-103.
  • Feneuille S. — « Renders of the Amun Temple Complex in el-Hassa: practices, pigments and painting methods », Sudan and Nubia, 24, 2020, p. 173-180.
  • Rondot V., Nogara G., Drici F. — « El-Hassa 2000-2020 », dans Cinquantenaire de la Sfdas, Paris, Soleb, 2021, p. 127-151.
  • Rondot V., Nogara G., Dissaux R.-P., Drici F. — El-Hassa Un temple sous les sables – A Temple beneath the Sands – Guide archéologique – Archaeological guide (français, anglais, arabe), Louvre/Éditions Khéops, 2022.


Campagnes précédentes et nouvelles du site d’El-Hassa

  • [2012] Mission SFDAS-NCAM à el-Hassa : 12e campagne

    Équipe : Vincent Rondot, René-Pierre Dissaux, Faïza Drici, Christine Heuraux, Giorgio Nogara, Marie Evina, Jean-François Gout, Thomas Lucker, Sakamoto Tsubasa La campagne 2012 sera orientée vers la préparation de la publication du temple à...

  • Méroé, l’empire qui défia Rome.

    Premier mai 2012 : Méroé, l’empire qui défia Rome. Dans le numéro du mois de mai de Sciences et avenir, un dossier spécial sur le royaume de Méroé au Soudan et les activités de...

  • “Sciences et Avenir” au Soudan

    قامت الصحفية برانديت أرنو,المتخصصة بشان الآثار بمجلة العلوم والمستقبل, بزيارة السودان في الفترة من 1-20 ديسمبر 2011 Bernadette Arnaud, journaliste spécialisée en archéologie à la revue Sciences & Avenir, a séjourné au Soudan du...

  • logo

    1er colloque des doctorants en archéologie du Soudan « Les échanges culturels dans les sociétés anciennes du Soudan. Emprunts, adaptations, survivances »

    Les 6 et 7 septembre 2011 s’est tenu le premier colloque des doctorants en archéologie du Soudan, avec pour thème les échanges culturels dans les sociétés anciennes du Soudan : emprunts, adaptations et survivances....

  • [2010] Mission SFDAS-NCAM à El-Hassa

    Equipe : Vincent Rondot, René-Pierre Dissaux, Faïza Drici, Christine Heuraux, Giorgio Nogara. L’objectif principal de cette 9e campagne d’El-Hassa est de concentrer les fouilles sur la partie orientale du kiosque et du dromos (allée...

  • Les béliers d’El-Hassa

    Projection au cinéma Grand Action à Paris. Réalisation : Philippe Bourdon. En collaboration avec la SFDAS et la NCAM Fouillé depuis 2000, le site d’El-Hassa a déjà livré nombre d’objets dont ces magnifiques béliers...



Citer ce billet
sfdas (2023, 19 décembre). El-Hassa. SFDAS Khartoum. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://sfdas.hypotheses.org/2543

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search