Kerma-Doukki Gel

Kerma-Doukki Gel, capitale du royaume de Kouch et ville sacrée des pharaons noirs

Les sites de Kerma et de Doukki Gel constituent un vaste ensemble archéologique qui s’étend sur plus de 22 hectares, à 12 km en amont de la 3e cataracte du Nil, dans l’actuelle province du Nord (الشمالية/ash-Shimaliyah) de la République du Soudan. Séparées d’environ un kilomètre, les deux implantations urbaines sont étroitement liées, autant par la géographie que l’histoire. Elles occupent une position stratégique le long de la vallée, à la croisée d’importantes routes commerciales reliant les régions d’Afrique subsaharienne à la mer Rouge et à la Méditerranée. Les vestiges jusqu’à présent mis au jour sur les deux sites témoignent d’une occupation continue pendant près de trois millénaires, entre la période du Kerma ancien (2500-2050 av. J.-C.) et l’époque méroïtique (290 av. J.-C.-350 ap. J.-C.).

Carte du Soudan et plan de situation des sites de Kerma et Doukki Gel © Mission Kerma-Doukki Gel / S. Marchi, M. Berti

La mission conjointe suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel a été mise en place en 2013 à la demande de la National Corporation for Antiquities and Museums (NCAM). Elle est l’héritière des travaux pionniers entrepris sous l’égide de l’université de Genève, tout d’abord à Tabo sous la direction de Charles Maystre dès 1965, puis à Kerma 10 ans plus tard sous la conduite de Charles Bonnet. Elle est actuellement co-dirigée par Séverine Marchi, Xavier Droux, et Abd el-Hay Abd el-Sawy. L’équipe pluridisciplinaire réunie pour ce projet est le fruit d’une collaboration internationale associant des archéologues, des historiens, des épigraphistes, des architectes et des chercheurs spécialisés en archéométallurgie, paléobotanique, géomorphologie et archéométrie.

La ville antique de Kerma

Les premiers travaux archéologiques sur le site de la ville antique ont été entrepris en 1913 par l’archéologue américain George A. Reisner. Il est principalement intervenu sur l’imposant monument en briques crues situé au centre de l’établissement et désigné par la population soudanaise comme « la deffufa ». Cet édifice et les bâtiments annexes avaient alors été interprétés comme le siège d’un comptoir égyptien de la XIIe dynastie. En 1975, les fouilles reprennent sous la direction de Charles Bonnet, professeur à l’université de Genève. Ces campagnes permettent de démontrer que la deffufa était en réalité le centre religieux de la capitale du royaume indépendant de Kouch, qui s’étendait à son apogée entre la première et la cinquième cataracte.

La ville antique de Kerma et le temple principal, la deffufa © Mission Kerma-Doukki Gel / B.-N. Chagny

Les fouilles extensives et les études de topographie urbaine menées sur l’ensemble de la concession ont permis de dresser un plan qui figure parmi les plus complets de la vallée du Nil. L’agglomération a été établie à l’extrémité septentrionale d’une langue de terre entourée de canaux aujourd’hui asséchés et comblés, mais qui pouvaient être en eau une partie de l’année. Ces canaux et le système de fortifications élaborées qui entouraient la ville participaient ainsi à une protection efficace de l’établissement, situé dans un environnement relativement plat. Plusieurs voies de circulation, en particulier un axe nord-sud qui traverse la ville, fixent le tissu urbain. Autour du temple principal et de ses dépendances ont été retrouvés des quartiers d’habitations, des résidences royales, des bâtiments administratifs, une grande salle d’audience circulaire et des chapelles.

Kerma, plan d’ensemble de la ville antique © Mission Kerma-Doukki Gel / M. Berti

Des ateliers de productions artisanales ont été mis en évidence en plusieurs points du site et particulièrement autour des lieux de culte. À l’instar d’un grand four en croix, destiné à produire des plaques de bronze, qui a pu être dégagé au pied de la deffufa, ces dispositifs témoignent des savoir-faire spécifiques des artisans nubiens dans le domaine de la métallurgie et de la production de faïences et de céramiques.

Le four de bronzier de Kerma © Mission Kerma-Doukki Gel / S. Marchi
Le four de bronzier de Kerma © Mission Kerma-Doukki Gel / G. Verly

Le site de Doukki Gel

Au nord de Kerma, les vestiges de Doukki Gel sont l’objet, depuis 1996, de recherches systématiques. Ces dernières ont d’abord porté sur les niveaux méroïtiques, avec la fouille d’une grande résidence et d’un temple, puis sur le dégagement de plusieurs temples égyptiens du Nouvel Empire, et enfin sur la découverte de monuments relevant d’une architecture particulière datée des périodes Kerma.

Vue générale du site de Doukki Gel © Mission Kerma-Doukki Gel / B.-N. Chagny

Les prospections géophysiques et les sondages réalisés ces dernières années ont permis de mettre en lumière l’extension du site vers le nord et une stratigraphie de plus de deux mètres d’épaisseur. Les niveaux mis au jour dans l’un de ces sondages ont livré des restes d’habitats temporaires en matériaux périssables (huttes) alternant avec les vestiges arasés de tours massives, de bastions et de murs d’enceinte. Ces derniers montrent que la ville était protégée par un puissant système fortifié, dès le Kerma moyen et tout au long de son histoire.

La ville du Kerma classique est, quant à elle, caractérisée par un noyau urbain alimenté en eau par deux grands puits et entouré d’un mur d’enceinte disposant de plusieurs entrées flanquées de tours circulaires. Dans la partie ouest de ce noyau urbain a été construit un vaste bâtiment de plan quadrangulaire, interprété comme un édifice à vocation cérémonielle et militaire. Plusieurs grands édifices ovales ou circulaires sont construits à l’extérieur de cette enceinte et sont eux-mêmes protégés par une seconde fortification.

Vue aérienne du palais A d’époque Kerma recouvert par les vestiges de la période égyptienne © Mission Kerma-Doukki Gel / B.-N. Chagny

Cet ensemble sera presque totalement arasé au moment de la conquête de la Haute Nubie par les armées de Thoutmosis Ier, qui détruiront la capitale et soumettront également les établissements ruraux du riche arrière-pays de Kerma. Thoutmosis Ier fait alors établir à Doukki Gel un ménénou, fondation royale fortifiée en territoire étranger conquis, destinée à affirmer la domination égyptienne sur la région ainsi qu’à stocker et à protéger les tributs destinés aux services centraux. Plusieurs temples et palais et un imposant système de fortifications sont édifiés sur les restes arasés des monuments de l’époque précédente.

Doukki Gel, plan d’ensemble des vestiges d’époque Kerma et du ménénou de Thoutmosis Ier © Mission Kerma-Doukki Gel / M. Berti
Doukki Gel : la voie processionnelle est-ouest du ménénou de Thoutmosis Ier © Mission Kerma-Doukki Gel / S. Marchi

Les recherches archéologiques ont pu établir que l’établissement égyptien de Doukki Gel, contrairement à Kerma qui est abandonnée puis transformée en cimetière, est régulièrement reconstruit et modifié jusqu’au à l’époque méroïtique.

L’une des découvertes marquantes faite à Doukki Gel est un ensemble de sept statues monumentales, brisées et enfouies dans une fosse creusée dans le complexe religieux d’époque kouchite. Datant des 7e-6e siècles av. J.-C., elles représentent cinq souverains de la fin de la XXVe dynastie et de l’époque napatéenne : Taharqa, Tanoutamon (deux statues), Anlamani, Senkamanisken (deux statues) et Aspelta.

Les statues de la cachette de Doukki Gel, musée de Kerma © Mission Kerma-Doukki Gel / I. Matter-Horisberger

Les travaux conduits récemment à Doukki Gel ont pour objectif la poursuite des dégagements extensifs dans les zones encore inconnues du site, afin de compléter notre connaissance de la topographie urbaine de cette ville à caractère cérémoniel. Des études architecturales et des analyses de matériaux permettront de mieux comprendre l’architecture des différents types d’édifices construits en briques crues à Kerma et à Doukki Gel, et de tenter d’établir l’origine des certains éléments constructifs originaux. Les vestiges découverts sur les deux sites témoignent d’influences multiples et d’adaptations constantes qu’il semble important de mieux définir en croisant les données issues des études conduites par des spécialistes des différentes disciplines impliquées dans le projet. Des programmes d’études sur l’emploi de la terre, du bois et des végétaux dans l’architecture (projet ANR Nile’s Earth), sur la chaine opératoire du bronze et de la faïence et sur le stockage alimentaire sont en cours et seront poursuivis dans les années à venir.

Un autre objectif est la conservation et la mise en valeur des sites par des opérations annuelles de protection des vestiges et l’élaboration de protocoles de préservation adaptés à chaque environnement. Un centre d’information présentant des plans, des restitutions 3D et des photos aériennes des vestiges par époque a été ouvert en 2022 à Doukki Gel. Destiné à la population locale et aux visiteurs étrangers de passage, il vient enrichir le parcours de visite proposé au musée de Kerma.

Doukki Gel, vue de la porte nord-ouest restaurée et de la zone de fabrication des briques pour les opérations de conservation © Mission Kerma-Doukki Gel / S. Marchi

Pour aller plus loin

La mission est soutenue par la National Corporation for Antiquities and Museums (NCAM-SD), la Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (FR), le Secrétariat d’État à la Formation, à la Recherche et à l’Innovation (SEFRI), via la Fondation Kerma (CH), le CNRS et Sorbonne Université (FR) (UMR 8167 – Orient et Méditerranée, équipe Mondes Pharaoniques) et par l’ANR (projet ANR-21-CE27-0019-01 : Nile’s Earth).

La mission a reçu en 2022 le Label « Archéologie » 2022-2023 de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Bibliographie

Ouvrages de synthèse

  • Ch. Bonnet, D. Valbelle et S. Marchi, « Le jujubier », ville sacrée des pharaons noirs, Paris, Khéops, 2021.
  • Ch. Bonnet, The Black Kingdom of the Nile, Cambridge (Ma), London, Harvard University Press, 2019.
  • Ch. Bonnet et D. Valbelle, Les temples égyptiens de Panébès « le jujubier » à Doukki Gel, Soudan, Éditions Khéops, Paris, 2018.
  • Ch. Bonnet, La ville de Kerma. Une capitale nubienne au sud de l’Egypte, Lausanne, 2014.

Articles choisis

  • Ch. Bonnet, “The cities of Kerma and Pnubs-Dokki Gel”, dans G. Emberling et Br. Williams (éd.), The Oxford Handbook of Ancient Nubia, Oxford, 2021, p. 201- 212.
  • Ch. Bonnet, « Une mission archéologique au Soudan durant 50 années », dans S. Vuilleumier et P. Meyrat (éd.), Sur les pistes du désert, Mélanges offerts à Michel Valloggia, 2019, p. 11‑17.
  • Ch. Bonnet, « Doukki Gel, une ville africaine aux frontières de l’Égypte », CRAIB, nov.‑déc. 2017, Paris, p. 1347-1366.
  • Ch. Bonnet, S. Marchi et D. Valbelle, « Les sites de Kerma et de Doukki Gel » dans Cinquantenaire de la SFDAS, Soleb-Bleu Autour, 2020, p. 71-95.
  • Ch. Bonnet et S. Marchi, “The Egyptian occupation and the indigenous city of Dokki Gel in the early 18th Dynasty”, Sudan and Nubia 23, 2019, p. 135-143.
  • S. Marchi, « Découvertes récentes sur le site de Doukki Gel : les fortifications de la période Kerma », dans M. Maillot (éd.), Actualité de la recherche archéologique française au Soudan, Les routes de l’Orient ancien. Hors-Série 3, 2018, p. 31-45.
  • S. Marchi, « Entre arrière-pays et capitale, l’approvisionnement et le stockage des céréales dans le royaume de Kerma (Soudan) », dans A. Bats (éd.), Les céréales dans le monde antique, Nehet 5, 2018, p. 197-216.
  • S. Marchi, « Le royaume de Kerma à la fin du Moyen Empire », dans G. Andreu-Lanoë et Fl. Morfoisse (éd.), Sésostris III et la fin du Moyen Empire, CRIPEL 31, 2017, p. 85-102.
  • P. Meyrat, « Un corpus d’empreintes de sceaux de Doukki Gel », BIFAO 123, 2023, p. 335-380 [https://www.ifao.egnet.net/bifao/123/12/]
  • D. Valbelle, « Sièges nominatifs et chapelles ‘de confréries’ », BIFAO 120, Le Caire, 2020, p. 449-478.
  • D. Valbelle, « Inbt, snbt et mnnw : des dispositifs défensifs particuliers aux frontières de l’Égypte », dans Sandrine Vuilleumier et Pierre Meyrat (éd), Sur les pistes du désert, Mélanges offerts à Michel Valloggia, Gollion, 2019, p. 243‑253.
  • Fr. W. Rademakers, G. Verly, P. Degryse, Fr. Vanhaecke, S. Marchi, Ch. Bonnet, « Copper at ancient Kerma: a diachronic investigation of alloys and raw materials », Advances in Archaeomaterials 1, 2021.



Citer ce billet
sfdas (2023, 19 décembre). Kerma-Doukki Gel. SFDAS Khartoum. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://sfdas.hypotheses.org/2645

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search