Aksha

Henri de Contenson, Jean Vercoutter, J. de Heinzelin, P. Leman, Aksha I, La Basilique chrétienne, 1966.

André Vila, Aksha II, Le Cimetière méroïtique d’Aksha, 1967.

La fouille du site archéologique d’Aksha, autrement appelé Serra Ouest ou Serreh, est composée de trois campagnes, tenues entre 1961 et 1962. Les opérations se sont concentrées sur un temple ramesside et les vestiges chrétiens attenants ; une nécropole méroïtique au nord-ouest du temple ; et un site d’habitat de petite taille daté du Groupe C.

La concession accordée à la mission franco-argentine d’Aksha couvrait une surface de 8 km² en bordure de rive ouest du Nil, proche de la frontière Égypto-Soudanaise, à quelques encablures au sud du site de Faras. Elle fut choisie en raison de la construction imminente du Haut Barrage d’Assouan, menaçant les vestiges à très court terme.

Le site, l’un des premiers à disparaître après la mise en eau, est surtout connu pour son temple ramesside qui a partiellement été reconstruit dans les jardins du musée national du Soudan à Khartoum.



Citer ce billet
sfdas (2018, 14 mars). Aksha. SFDAS Khartoum. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://sfdas.hypotheses.org/672

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search