La SFDAS, sa structure et ses ressources

La SFDAS

Depuis près d’un demi-siècle, la SFDAS (Section Française de la Direction des Antiquités du Soudan) est le seul institut de recherche permanent en archéologie installé à Khartoum. Intégrée au Service des Antiquités du Soudan – National Corporation for Antiquities and Museums (NCAM, dépendant du Minister of Antiquities, Tourism and Wildlife), elle coordonne des projets entre la France et le Soudan dans les domaines de l’archéologie de terrain, de la muséographie et de la formation des professionnels du patrimoine.

Son fondateur, le professeur Jean Vercoutter, occupa peu après l’indépendance le poste de directeur des Antiquités du Soudan, avec pour mission de mettre en place un service capable de gérer un patrimoine exceptionnel à l’époque encore peu connu aux yeux du monde.

La SFDAS accueille chaque année une cinquantaine de chercheurs, archéologues, épigraphistes, anthropologues, botanistes, photographes, restaurateurs, conservateurs et étudiants dans le cadre de ses projets au musée national et de ses missions de fouilles sur le terrain.

Par son action, la SFDAS contribue à l’étude de l’histoire du Soudan ancien, à la mise en valeur du patrimoine archéologique, à sa protection et à sa présentation au grand public.

El-Kadada © SFDAS / V. Francigny

Historique

Après sa fondation en 1967 à l’initiative de Jean Vercoutter, la SFDAS est officiellement créée en 1969. Depuis, elle a été dirigée successivement par André Vila (1969-1975), Francis Geus (1975-1984), Jacques Reinold (1984-2000), de nouveau Francis Geus (2000-2004), Vincent Rondot (2005-2009), Claude Rilly (2009-2014), Vincent Francigny (2014-2018), Marc Maillot (2019-2022) et aujourd’hui Séverine Marchi.

Chargée de coopérer avec le Service des Antiquités du Soudan dans ses activités de terrain (fouilles et prospections), elle a d’abord participé aux dernières opérations de sauvetage de la Campagne de Nubie, qui précéda la mise en eau du lac de retenue du barrage d’Assouan. Elle fut ensuite chargée de poursuivre le recensement systématique des sites de la vallée du Nil au sud de ce lac.

La SFDAS a par ailleurs effectué plusieurs fouilles programmées, notamment sur les sites de Missiminia (nécropole napatéenne, méroïtique, groupe X et chrétienne), el-Kadada (nécropole néolithique, méroïtique et post-méroïtique) et el-Hobagi (tumuli post-méroïtiques). Durant les années 1980 et 1990, plusieurs campagnes de prospection ont également permis d’enregistrer de nombreux sites archéologiques.

Depuis les années 2000, on peut compter parmi les nombreux sites archéologiques fouillés et documentés au Soudan par ou avec le concours de la SFDAS, ceux de Zankor (zone occupée du 2e millénaire à une époque contemporaine de celle du royaume de Méroé), Mouweis (site urbain et palatial d’époque méroïtique), el-Hassa (site urbain avec un temple d’époque méroïtique) et sur la même concession Damboya (site palatial méroïtique), mais aussi Kadruka (nécropoles néolithiques), Kerma-Doukki Gel (site de la capitale du royaume de Kerma, fouillé par une mission suisse-franco-soudanaise), Sedeinga (vaste nécropole napatéenne et méroïtique), et l’Île de Saï (site d’une forteresse égyptienne du Nouvel Empire occupé jusqu’à l’époque ottomane).

El-Hassa © Mission el-Hassa / B.-N. Chagny

Localisation

Le centre est situé dans les locaux de la National Corporation for Antiquities and Museums, dans des bureaux attenants au musée national du Soudan à Khartoum.

En raison des événements survenus au Soudan en 2023, la SFDAS est temporairement installée dans les bureaux de l’IFAO (Institut Français d’Archéologie Orientale au Caire).

Façade du musée national du Soudan à Khartoum © SFDAS / R.-P. Dissaux

Statut

La SFDAS est l’un des 27 Instituts français de recherche financés par le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (IFRE). L’unité est l’une des 25 UMIFRE régies par un accord-cadre entre le CNRS et le MEAE, qui lui-même s’inscrit dans un accord interministériel établi entre le MESR et le MEAE. Avec le Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France à Khartoum, elle est un acteur important de la coopération scientifique et universitaire française dans le pays.

On trouvera ci-dessous un lien vers l’accord de coopération entre le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche qui encadre les activités des Instituts Français de Recherche à l’Étranger (IFRE), dont la SFDAS fait partie, ainsi que la description et la structure des conseils scientifiques qui président au pilotage des IFRE.

Conformément au « protocole relatif à la coopération en matière archéologique » de l’Accord de Coopération culturelle et technique signé le 22 décembre 1969 par la France et le Soudan, la SFDAS « est intégrée au Service des Antiquités du Soudan » et son directeur « est responsable de son département devant le Directeur des Antiquités ».

Personnel et moyens

La SFDAS compte généralement un directeur, un chercheur, un volontaire international en charge de la coordination technique, un secrétaire-traducteur et un chauffeur-démarcheur. Elle dispose de deux bureaux, une bibliothèque, une salle d’étude et une réserve qui sont mis à sa disposition par la NCAM, ainsi que de trois véhicules tous terrains et de matériel informatique, photographique et topographique.

Bibliothèque de recherche

La SFDAS dispose d’une bibliothèque scientifique. Les acquisitions concernent l’archéologie nubienne et soudanaise, la préhistoire et l’égyptologie.

La bibliothèque de la SFDAS est ouverte aux collègues de la NCAM, aux universitaires soudanais et aux archéologues en mission.

Bibliothèque de la SFDAS © SFDAS
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search